Nos conseils pour faire de la gestion locative sur Toulouse

En tant que propriétaire, la gestion locative n’est pas si simple. Les tâches chronophages et les plus ingrates vous incomberont que vous le vouliez ou non. A Toulouse, nous sommes obligés de suivre plusieurs contraintes pour une bonne gestion locative. Outre les obligations législatives, il vous sera aussi nécessaire de faire quelques acquis. La gestion locative demeure ainsi une étape assez difficile quand on est bailleur. Voici quelques qui pourront vous être indispensables.

Vérifiez la conformité de votre bien

Pour passer à une gestion locative en solo sur Toulouse, la première étape à respecter est la vérification de la conformité de votre bien immobilier. Vous serez ainsi amené à vérifier si votre bien est décent et qu’il est en mesure d’accueillir des propriétaires. Il faut que le bien présente une surface habitable égale à 9 mètre carré au minimum.

 

Dans cette mesure, le logement ne doit pas présenter des risques pour les futurs locataires. Le confort est indispensable par rapport aux installations. Pour effectuer de la gestion locative sur Toulouse, posséder un bien économe en énergie présente aussi des avantages notables dont une facturation moins importante sur le long terme.

Le dossier de location

Afin de devenir un bon gestionnaire locative, connaître les normes imposées dans la ville de Toulouse ne suffit pas. Il faut aussi préparer soigneusement son dossier. Outre le bail-type qui est le premier impératif, il faut aussi assurer la sécurité des futurs occupants.

Les diagnostics sont alors à effectuer et à accoucher sur papier en guise de preuves : performance énergétique, état des risques naturels et technologiques, détection du plomb, diagnostic à l’amiante, diagnostics électricité et gaz. Le bail doit aussi contenir la surface habitable faute de quoi une différence de 5% permettra au locataire d’effectuer une demande de diminution du loyer.

L’idéal est toujours de s’informer au maximum sur les obligations instaurées par la ville et que vous devez suivre. A tout cela s’ajoute le règlement de copropriété s’il est question d’un bien en copropriété. Cette partie est à annexer au bail et vous devez en faire une copie. C’est seulement après que vous pourrez faire des annonces.

Le montant du loyer

Après toutes ces démarches, vous pouvez ensuite fixer le montant de votre loyer. Attention car cette étape est tout aussi complexe surtout avec la situation actuelle. Pour avoir une petite idée de la valeur de votre bien, visitez les agences immobilières et faites quelques comparaisons par rapport à votre bien. Si vous êtes dans une zones non tendues, vous serez tenu par le marché.

Dans le cas contraire, ce sera un eu difficile. A tenir en compte aussi que le loyer appliqué au nouveau locataire (s’il est question d’un bien ayant été toujours loué) ne peut excéder le dernier loyer. Mais cela n’est pas soutenable en fonction de la situation : par exemple si vous avez été amené à effectuer des travaux importants. En ce qui concerne les provisions des charges, il faut se concentrer sur divers facteurs pour qu’elles soient le plus juste possible.

Faites votre annonce

Parce qu’étant donné que c’est vous qui est en charge directement de la gestion locative, il faut maintenant rédigez une annonce. Afin de ne jamais perdre de temps, soyez le plus précis possible dans vos annonces. Vous évitez ainsi à ce que les intéressés posent les questions les plus récurrentes. Ne survendez jamais votre bien pour ne pas décevoir les futurs locataires.

Utilisez tous les supports disponibles possibles. Et c’est après que vous choisirez votre locataire avec précaution. Si toutes ces démarches paraissent trop épuisantes pour vous, vous pouvez toujours déléguer la gestion locative par un spécialiste habitant en ville et connaissant les contraintes du marché local.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *